Le premier chapitre de la Genèse est un texte fondateur sur lequel repose toute la Bible.
Certes, il est marqué par son époque (il y a environ 3.500 années) mais il peut se lire et se comprendre encore aujourd’hui, par des gens de toutes conditions sociales, dans tous les pays du monde.
En fait, il est le seul texte de l’Antiquité à parler d’un Dieu unique, créateur de l’ensemble de l’univers. Soyons conscients que c’était totalement révolutionnaire, subversif même. Soyons conscients aussi que l’homme moderne a besoin d’un tel message également.

Bien entendu, on se tromperait en voulant voir en Genèse 1 un traité scientifique. La science tente de résoudre la question du « comment » et du « quand » les choses se sont faites ; la Bible, elle, affirme « qui » les a faites et dans « quel but ». Elle en révèle ainsi « le sens ».

Dès sa première page, la Bible nous apprend que le monde

  • a un sens : il a un créateur qui avait un projet quand il l’a créé. Il n’est pas le fruit du hasard ou d’une explosion aveugle.
  • est ordonné : il n’est pas le résultat de forces antagonistes mais d’un Dieu unique et totalement maître de la situation. La démarche scientifique est ainsi rendue possible.
  • est bon : à chaque « jour » de sa création Dieu dit « que cela était bon ». Nous faisons donc bien d’apprécier ce monde avec tout ce qu’il contient et de remercier son créateur.

L’homme

  • est créature : Nous avons des limites car nous ne sommes pas Dieu. Ceci nous apprend aussi que nous ne sommes pas là par hasard. Notre vie est un don de Dieu qui nous a voulus.
  • homme et femme, est image de Dieu : il est le seul être vivant qui reçoit ce privilège. Il doit ainsi représenter Dieu.
  • a une responsabilité : remplir la terre et asseoir son autorité sur elle. Il ne pourra bien le faire qu’en respectant l’œuvre du Créateur lui-même.

Ainsi,
Nous ne devrions pas dire « la nature fait bien les choses » mais plutôt « Dieu a bien fait la nature ». Celle-ci est l’occasion pour nous d’admirer l’Artiste qui l’a créée (voir les Psaume 8 et 104 par exemple) et de le louer.
Nous devrions être les premiers « écologistes » : Respecter la nature est le devoir de celui qui connaît et respecte son Créateur.