Paul rappelle au début de sa lettre ce que Dieu a fait par amour pour nous. A travers la mort et la résurrection de Jésus, ceux qui croient en lui sont maintenant des enfants du Père, membres du peuple de Dieu. Ils étaient « morts », ils sont maintenant vivants. Tout est grâce, cadeau de la part de Dieu en réponse à notre foi.

Ensuite, Paul en vient aux implications pratiques. En effet, les enfants de Dieu ne doivent pas être passifs. Leur vie doit être radicalement différente de celle de ceux qui les entourent ou de ce qu’elle était avant qu’ils ne connaissent Dieu. Jésus est comme un nouveau vêtement dont on doit désormais s’habiller.

Deux premières implications pratiques pour le croyant

1. Il ne ment plus, il dit toujours la vérité.

C’est ce que Jésus avait précisé pour ses disciples : pas besoin de juger. Votre oui doit toujours être un oui et votre non un non. Autrement dit, un chrétien devrait être connu dans son entourage pour son honnêteté. Il ne s’agit pas seulement de ne pas dire de mensonge, mais aussi d’être quelqu’un qui ne porte pas de masque, qui ne veut pas se passer pour meilleur ou autrement que ce qu’il est.

2. Il sait maîtriser ses émotions, particulièrement sa colère

La Bible ne dit pas qu’il ne faut jamais se mettre en colère. En effet,

  • Dieu lui-même est en colère : par exemple lorsqu’on refuse de croire en lui (Jean 3.36 Romains 1.18-20)
  • Jésus s’est mis à plusieurs reprises en colère, notamment à cause de l’hypocrisie des gens religieux (Matthieu 23. Marc 3.5)
  • David, Paul et quelques autres hommes de Dieu (Psaume 139 ; Actes 16).

Se mettre en colère contre les injustices est plutôt signe de bonne santé morale et spirituelle. Attention cependant, la colère est à la fois nécessaire et dangereuse car nous sommes pécheurs et nos colères sont loin d’être toujours justes..

C’est pourquoi Paul précise :

  • Ne péchez pas. Pour cela, prenons le temps d’écouter pour être justes (Jacques 1.10)
  • Limitez-la dans le temps (ne jamais s’endormir en colère)
  • Ne donnez pas accès au diable (faisons comme David au Psaume 139 19-24 lorsqu’il rend Dieu témoin des sentiments confus qu’il a à l’encontre des ennemis de Dieu)

Etre enfant de Dieu est un cadeau que Dieu nous fait.

Vivre en enfant de Dieu est le résultat d’efforts conscients que nous faisons pour conformer notre vie à ses exigences.

Vivons ce que nous sommes aux yeux de Dieu