L’Esprit du Seigneur et sur moi pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres… aux prisonniers… aux aveugles… (Luc 4.14-19)

Après son baptême et ses 40 jours de tentation au désert, Jésus entame son ministère public par un discours programme.

Il l’a appliqué à la lettre en donnant priorité aux pauvres, aux malades, aux marginaux, à tous ceux qui se sentaient prisonniers (voir aussi Luc 5.31). Il a changé leur vie.

Savoir cela, nous conduit à

  1. Nous demander comment nous nous voyons nous-mêmes

Ce n’est que lorsque je me vois pécheur, malade, aveugle… que Jésus peut quelque chose pour moi. Du coup, si je me vois parfait ou souhaite le devenir, Jésus ne peut pas être mon sauveur, il ne peut rien pour moi.

  1. Comprendre que ce doit être notre priorité en tant que témoins de Jésus

Comme Jésus : être témoins de son amour pour les perdus, les marginaux, les déviants… Le message qu’il nous mandate de dire en son nom est qu’il libère, restaure, sauve, pardonne, délivre… encore aujourd’hui.

N’ayons pas peur car nous y allons avec son autorité « Comme le Père m’a envoyé, je vous envoie » en nous donnant son Esprit Saint (Jean 20.21-22).

N’attendons pas d’être prêts. C’est aujourd’hui que Jésus nous envoie apporter sa bonne nouvelle. C’est de lui que nous sommes témoins, pas de nous-mêmes.