Quand on a demandé à Jésus de dire le commandement le plus important de toute la Bible, il a répondu en en citant deux (Matthieu 22.36-40 ; voir Deutéronome 6.5 et Lévitique 19.18))

Tu aimeras : C’est bien l’amour avant la crainte ou la soumission que Dieu attend de ses enfants. Bien entendu, l’amour que Dieu attend de nous implique notre obéissance.
le Seigneur ton Dieu : Apprends à le connaître. Comprends que ton amour est une réponse au sien. Ce n’est plus d’Égypte que Dieu t’a délivré mais de l’enfer que Jésus, par amour pour toi, a connu à la croix.
de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ton intelligence : C’est vraiment tous les aspects de ta personnalité et de ta vie que Dieu te demande. Dieu ne veut pas partager ton amour avec quelqu’un d’autre.

Tu aimeras : oui, l’amour peut se commander. Il s’exprime aussi par des actes que tu peux décider de faire ou de ne pas faire. Ils en seront l’expression.
ton prochain: ce sont tous les hommes en réalité : le riche et le pauvre, le migrant et le millionnaire, l’ami et celui qui t’a fait du mal, ton patron et tes collègues… Dieu ne fait pas de différence entre les hommes.
comme toi-même : cet être humain est un autre « toi-même » que Dieu a créé lui aussi à son image et pour qui Jésus est mort. Ne regarde pas ses apparences ; Dieu l’aime autant qu’il t’aime.

Mais Jésus en a ajouté un troisième à ses disciples. Il leur a dit qu’il était nouveau (Jean 13.34). C’était juste avant sa passion et sa mort.

Aimez-vous : encore un commandement d’amour. Cette fois, il est au pluriel.
les uns les autres : il s’agit d’un amour mutuel au sein de la grande assemblée des disciples de Jésus.
comme je vous ai aimés : Les disciples sont au bénéfice de cet amour infini concrétisé à la croix. Il est ainsi non seulement notre exemple mais aussi le moteur de cet amour mutuel.

Ces trois commandements ne sont pas vraiment à notre portée et pourtant ils nous sont donnés par Jésus lui-même, non pour nous juger mais pour nous rapprocher de lui et de ces objectifs.
Remercions-le de nous avoir créés et aimés à ce point. Reconnaissons notre pauvreté d’amour et demandons-lui chaque jour cet impossible qu’il veut faire en nous et à travers nous.

« Aime et fais ce que tu voudras » a écrit Saint Augustin. Oui, l’amour divin est bien plus important que les règles que les hommes se donnent. Il nous rend à la libres et serviteurs des autres

Bonne journée et bonne semaine à vivre dans sa grâce !