Vous êtes le sel de la terre (Matthieu 5.13)
En plus de donner du goût aux aliments et d’avoir un pouvoir désinfectant, le sel était utilisé à l’époque de Jésus pour conserver les aliments. C’était quelque chose de précieux. Il arrivait même qu’on paye les soldats avec du sel.

Est-ce à nous que Jésus le dit aujourd’hui ?
Oui, si nous sommes prêts à accepter pour nous-mêmes ce qu’il a dit

  • juste avant : « Vous êtes heureux quand vous souffrez à cause de moi » (Matthieu 5.11,12)
  • et après : « soyez parfaits comme votre Père céleste des parfait ». (Matthieu 5.48)

Si le sel perd de son goût…
Le monde a besoin des disciples de Jésus. Ils sont comme du sel qui donne du goût aux aliments et les préserve de la corruption.
Attention cependant ! Comme le sel de l’époque (souvent mélangé à d’autres cristaux) le chrétien peut perdre son goût s’il n’est pas entièrement pur, tout entier à son Seigneur dans un style de vie qui lui plait.

Vous êtes la lumière du monde (Matthieu 5.14-16)
La lumière est indispensable pour vivre.
Pour qu’une ampoule éclaire, il faut qu’elle soit branchée au courant électrique. Notre relation avec Jésus est notre « électricité ».
Pour que notre relation au Seigneur soit authentique, il nous appartient de lui remettre les « clés » de notre vie.
Une lumière toute seule éclaire peu. Lorsque de petites lumières s’assemblent, elles finissent par éclairer beaucoup. C’est le rôle de l’Eglise de permettre aux disciples de Jésus de briller plus fort ensemble.

Jésus ne nous demande pas de « faire pour devenir ». Au contraire, il nous dit « Qui vous êtes détermine ce que vous faites »
Or, notre identité, c’est d’être à son image, lui qui est la lumière du monde (Jean 8.12).

Le sel dans un bocal ne sert à rien. Idem pour une lumière qu’on cacherait.
Ces paroles de Jésus sont donc une invitation à rayonner autour de nous de la présence de Jésus en nous.