Quand Paul écrit à des chrétiens, il les appelle des « saints », même quand leur conduite n’est pas « idéale ».

En effet, dans la Bible,un « saint » n’est pas quelqu’un sans défaut, mais quelqu’un qui s’est donné sans réserve à Dieu.

Lorsqu’il doit interpeller les chrétiens de Corinthe à cause de leur immoralité sexuelle, Paul leur rappelle que leur corps est le temple de l’Esprit Saint. Il ne leur appartient donc plus.

Dans l’antiquité, les riches pouvaient acheter des esclaves. Paul utilise cette réalité qu’ils connaissaient en leur rappelant que Dieu les a « achetés ». Le prix payé ? La mort de Jésus.

Oui, Dieu nous a achetés, mais il nous laisse libres. C’est donc à nous de choisir notre Maître et de dire librement à celui qui a donné sa vie pour nous : « Je te donne ma vie ».

Et comme nous l’oublions souvent, il est important, à chaque fois que nous nous en rendons compte, de refaire ce don de notre personne.

C’est le culte que Dieu attend de nous chaque jour.

Dieu nous prend au sérieux quand nous lui disons, redisons et chantons :

« Je te donne mon cœur, Il ne m’appartient plus, Ce que j’ai de meilleur,  Tout est pour toi Jésus. Un parfum de valeur, Sur toi est répandu, C’est l’offrande de mon cœur, Je suis à toi Jésus. Prends mon âme, Prends mon cœur, Je te donne tout. Prends ma vie, Me voici, Je te donne tout. Mon cœur est à toi, Tout à toi. »

A nous d’être vigilants sur ce que cela implique dans chaque domaine de notre vie.